Rechercher

Covid-19 et entreprise : exit la sinistrose, on passe au monde d'après !

Des « stop and go » incessants ajoutés à la valse des consignes sanitaires, des collaborateurs sous tension permanente et des absences qui se multiplient autant que la fréquence des tests PCR… Une charge mentale qui pèse bien trop lourd sur nos existences prises dans un tourbillon d’incertitudes.

Le point sur notre santé mentale et des pistes pour rebondir avec les Experts de la Ligne Pélican.

Quand incertitude rime avec lassitude

L’envie de revenir à la normale se fait aussi pressente que le ras-le-bol gagne chacun d’entre nous. Seulement voilà, la pandémie mondiale a profondément ébranlé l’équilibre de notre vie professionnelle et personnelle… et les lendemains qui chantent, ce n’est pas pour demain matin. La COVID-19 et ses variants qui pullulent n’est pas vouée à disparaître... - même si le temps joue en notre faveur, au moins en matière d’immunité collective : « avec l'augmentation de l'immunité dans la population – et avec Omicron, il y aura beaucoup d'immunité naturelle en plus de la vaccination –, nous avancerons rapidement vers un scénario plus proche de l’endémicité » déclarait Marco Cavaleri, chef de de la stratégie vaccinale de l’agence européenne des médicaments (EMA), mardi 11 janvier en conférence de presse.

En 2022, il faudra donc se réinventer. Faire le deuil de ce monde d’hier pour se construire une « nouvelle normalité ». Bonne nouvelle, l’être humain n’a cessé de se réinventer au fil des siècle et, pour peu qu’il veuille bien agir de façon collective pour pratiquer « l’art de naviguer dans les torrents », la résilience selon les mots de Boris Cyrulnik, il pourra construire le monde de demain malgré le traumatisme.

Ça va, le boulot ?

Question travail, notre santé mentale tire la sonnette d’alarme : la détresse psychologique liée à un épuisement moral et physique intense après plus de vingt mois de pandémie s’est installée dans notre vie professionnelle, notamment dans les entreprises. Une souffrance intense associée au burnout qui réalise une triste performance avec une évolution record de plus de 25% de burnouts sévères chez les salariés français par rapport à mai, soit 2 550 000 cas ; un chiffre relevé dans un sondage Opinionway (Baromètre T8) pour le cabinet Empreinte humaine publié mercredi 26 octobre 2021 sur le blog du cabinet. Périodes d’isolement et absences se multiplient et, avec elle, la surcharge de travail pour les collaborateurs présents dans l’entreprise. Quelles sont les solutions pour s’adapter et faire preuve de flexibilité ?

Si nous n’avons pas forcément le contrôle de notre charge de travail, on peut toutefois agir sur notre charge mentale et prendre conscience de notre « liste mentale », ces facteurs, situations et surtout ces émotions qui nous submergent que nous avons toutefois la capacité mieux comprendre et de faire évoluer. Retrouvez en détails les outils des Experts LLP dans une capsule dédiée : la charge mentale au travail. Réduire sa charge mentale au travail pour se libérer l’esprit passe par la nécessiter de créer de vrais temps de pause, de déconnection. S’oxygéner ne serait-ce qu’un quart d’heure, pratiquer une méditation et des exercices de respiration, les pistes sont nombreuses pour se ressourcer, même au travail. La plateforme d’e-learning de La Ligne Pélican vous donne accès à un grand nombre d’exercices rapides présentés sous forme de capsules pour vous accompagner dans la prise en charge de votre santé mentale. D’autre part, lorsque les éléments nous échappent, reste la possibilité de miser sur le prévisible : s’accorder des moments à soi pour se faire du bien, se former, se relaxer c’est un peu reprendre le contrôle sur une existence où l’incertitude


Le monde du travail de demain

On tient le coup, on tient le coup : oui mais pourquoi finalement ? Quand la perspective de l’avenir reste floue et que l’on ne donne pas de sens à son activité professionnelle, difficile d’aller de l’avant. C’est là toute l’importance de se réinventer dès aujourd’hui. On peut choisir de se reconvertir. Empreinte humaine relevait dans son dernier sondage Opinionway mentionné précédemment un pourcentage de 16 % de salariés ayant quitté leur entreprise « par choix » depuis le début de la crise sanitaire. C’est également un tiers des salariés (31 %) qui souhaitent chercher « activement » un autre emploi « après la crise ». On peut aussi essayer d’améliorer collectivement les conditions de travail au sein de l’entreprise pour redonner du sens à son métier et retrouver une harmonie en équipe. Il est temps de construire un climat de sécurité au travail avec le management participatif. Envie d’en savoir davantage sur le management participatif ? Les Experts de La Ligne Pélican vous présentent dans une capsule dédiée ce type modèle de management horizontal permettant aux employés d’une entreprise de s’impliquer en prenant part à la vie de celle-ci.


La crise sanitaire a accéléré la transformation du monde du travail : nous l’avons vu avec la généralisation du télétravail, des services à distance : réunions à distance, consultations médicales, services juridiques… Le télétravail permet de travailler d’où l’on veut, de concilier vie de famille et vie professionnelle… A condition de bien compartimenter son temps. Reste donc à être vigilant quand à l’hyperconnectivité, au blurring qui risque d’ajouter à notre charge mentale.