Rechercher

Quand le soleil nous fait perdre la tête




Il fait chaud, très chaud, TROP chaud. En ville, on suffoque, on étouffe, on cherche l'ombre et la moindre petite brise pour espérer reprendre notre souffle. A la campagne, c'est guère mieux. On peine à dormir, à se concentrer, à bouger. Oui, le thermomètre monte et nous fait perdre la tête : si notre corps pâtit de ce phénomène météorologique extrême, notre santé mentale est elle aussi clairement menacée ! Les experts LLP vous proposent donc quelques éclairages et un petit récapitulatif des bonnes techniques à adopter en temps de fortes chaleurs pour préserver votre santé mentale.


40°, crise de nerfs assurée ?


Pour avoir expérimenté les effets physiques des fortes chaleurs sur notre corps comme la déshydratation, la rétention d'eau et les jambes lourdes, les maux de têtes... nous sommes conscients que la canicule impacte notre santé physique. Pour autant, avons nous vraiment en tête les effets de la canicule sur notre santé mentale ?


Dans un contexte mondial particulièrement anxiogène, associé à une prise de conscience concrète des conséquences concrètes de notre attitude attentiste dans le changement climatique, pas étonnant pourtant que les canicules soient sources de stress. Et l'on voit poindre un phénomène psychologique nouveau, une nouvelle forme d'angoisse qui se répand notamment chez les jeunes : l'éco anxiété. Retour sur le phénomène avec les Experts LLP très prochainement.


Une étude américaine Association Between Ambient Heat and Risk of Emergency Department Visits for Mental Health Among US Adults, 2010 to 2019 publiée le 23 février 2022 et menée par des chercheurs de l'Université de Boston a pour la première fois montré la corrélation entre chaleur accablante et fréquentation des urgences psychiatriques et ce, quels que soient les profil.



"Dans cette étude croisée d'un large échantillon d'adultes américains bénéficiant d'une assurance maladie, les jours de chaleur accablante étaient associés à une augmentation des passages aux urgences psychiatriques,. Une découverte intéressante pour les praticiens en psychiatrie en mesure d'anticiper les besoins accrus des services de santé lors des vagues de canicule"

https://www.theguardian.com/environment/2022/feb/23/hot-days-drive-up-mental-health-emergencies-climate-crisis-study-finds


Et le Professeur Gregory Wellenius, membre du groupe d'étude, interrogé par le journal britannique theguardian, de préciser :


"Les gens connaissent les risques des très fortes chaleurs pou ce qui est de la déshydratation, du coup de chaleur, etc." "Ce qui est vraiment nouveau, c'est que cette étude établit à une échelle sans précédent que les jours de canicule peuvent également avoir un impact substantiel sur la santé mentale des gens. Et cela ne concerne pas seulement un type de population limité et vulnérable. C'est dans toutes les tranches d'âge que nous avons examinées, tant pour les hommes que pour les femmes, et dans toutes les régions du pays. Nous sommes tous concernés. »


Apaisement pour cerveau en surchauffe : Yoga, nous voilà !


Rester zen quand on suffoque, plus facile à dire qu'à faire. Passons aux outils !

Le Shitali, ou sheetali est une technique de respiration profonde, un pranayama qui a pour effet d'abaisser la température du corps : on l'appelle la "respiration rafraîchissante". il agit sur les zones du cerveau responsables de la régulation de la température.

Le docteur Jocelyne Borel Kuhner urgentiste et spécialiste en médecine de catastrophe à découvert les atouts du yoga au cours de ses recherches sur la gestion de la douleur et parmi eux, les vertus du Shitali. Interrogée par le magazine Madame Figaro, elle explique le fonctionnement sur notre corps de cette technique :


« [il] agit un peu comme une climatisation naturelle. On crée un petit tuyau d'air en roulant la langue dans le sens longitudinal ou transversal, la pointe de la langue repliée vers l'intérieur. En respirant par la bouche, l'air entre par ce tuyau, ce qui augmente la salivation »

Un mécanisme qui agit directement sur le cerveau :


“En entrant dans la bouche, l’air aspiré est projeté en haut du palais, lui-même en contact avec la fosse nasale et l’arrière de la bouche. Cet air va indirectement stimuler et rafraîchir les noyaux centraux du cerveau, le thermostat de la régulation thermique du corps. Rafraîchie, cette zone régule mieux notre chaleur corporelle en nous faisant transpirer, et cela nous évite notamment le mal de tête”

Besoin d'aide dans la mise en pratique de cette technique de Yoga ? En plus des capsules et vidéos de développement personnel consacrées au Yoga à découvrir sur la plateforme, les experts de La Ligne Pélican sont à votre disposition pour toute démarche sur mesure !